bien-être, côté humain, comportement

Vivre avec mon chien – Est ce que je peux… ?

Dans ma vie de tous les jours, mais surtout dans mon métier, lorsque je rencontre des propriétaires de chiens, il n’y a pas une fois où je n’entends pas cette fameuse phrase: « mais est ce que tu crois que je peux faire … avec mon chien? »

  • Est ce que je peux le monter sur la canapé pour faire un câlin?
  • Est ce que je peux dormir avec lui?
  • Est ce que je peux lui donner autre chose que ses croquettes?
  • Est ce que je peux lui donner quelque chose en dehors de son repas?
  • Est ce que je peux le rassurer s’il a peur?
  • Est ce que je peux lui donner une friandise s’il a fait bien?
  • Est ce que je peux lui dire non si je ne veux pas qu’il fasse ça?
  • Est ce que je peux faire… Est ce que je peux faire… Est ce que je peux faire…

[la liste est sans fin]

Même si il est rassurant de voir que chacun se pose des questions sur ce qu’il y a de mieux pour son chien et cherche à avoir un retour pour faire le moins d’erreur possible, et même si mon article donne l’impression (à moi la première) d’enfoncer des portes ouvertes, j’aimerais partager ce qui semble une évidence pour moi à chaque personne qui se pose la question:

BIEN SUR!!!! Vous avez le droit de!
BIEN SUR, vous pouvez vivre chez vous comme vous l’entendez!!!
BIEN SUR, vous êtes maître de vos choix et si cela vous fait plaisir sans que cela ne vous fasse de mal ni à vous, ni à votre chien, vous le POUVEZ!!!
C’est vous qui voyez! Votre maison = vos règles de vie.

Personne n’a le droit de venir mettre en cause vos choix et vous imposer de changer VOS règles de vie si aucun « problème » ne se manifeste en lien avec celles-ci et, encore moins, si vous n’avez pas demandé conseil.
Que la personne soit un « expert du chien » ou « le beau frère/le tonton/le voisin/l’inconnu sur facebook qui sait tout mieux que tout le monde! » (on en connaît tous un ^^), personne ne peut vous ôter votre intuition lorsqu’il s’agit d’offrir le mieux à votre chien.. Vous le connaissez mieux que personne!

Ce qui compte c’est de rester au plus proche de ce que vous comprenez de votre chien, et de faire au mieux dans son intérêt.
Ne vous laissez pas influencer par ceux qui vont essayer de vous effrayer et de vous faire douter de vos convictions, avec pour conséquence parfois, de mettre à mal votre relation.
Il est évident qu’il y a toujours quelques subtilités à connaître pour éviter les problèmes, mais si vous n’en avez pas avec votre chien, faites vous confiance!!!!

Et vous savez pourquoi? Parce que s’imposer quelque chose auquel on ne croit pas, ça ne marche pas! Aussi pertinente et efficace que soit l’information qu’on vous a transmise!
Si vous ne sentez pas quelque chose, vous n’allez soit pas le faire, soit vous forcer, et cela va donner un résultat catastrophique, parce que vous n’êtes pas convaincu de ce que vous faites!

Et puis ceux qui se posent toutes ces questions, sont majoritairement ceux qui ont un regard bienveillant et empathique sur leur animal… et ce sont ceux qui se débrouillent le mieux pour les valoriser et pallier à leurs besoins! (honnêtement, je n’ai encore jamais entendu personne me demander si c’était légitime de coller une branlée à son chien ou de lui mettre un coup de laisse…)
Et si vous ne savez pas réellement et objectivement quels sont ses besoins, je vous donne quelques pistes à suivre dans un article précédent.

Si un chien manifeste des comportements gênants ou des signes de stress, c’est qu’il y a des comportements ou des situations de son environnement qu’il va falloir modifier pour revenir à un état plus serein. (Petit bemol toutefois, pour cela il faut connaître ces signes de stress.. ce n’est pas toujours parce que nous ne voyons rien qu’ils n’existent pas..)
Mais si rien de tout cela ne se produit, pour quelle raison ne pourriez-vous pas vous octroyer quelques plaisirs quotidien avec vos chiens?

  • LIT OU CANAPÉ

Si vous voulez que votre chien monte sur le canapé/le lit, alors pourquoi pas!
Il ne va pas se transformer en monstre diabolique parce que vous allez lui autoriser!
En revanche, s’il ne veux pas descendre et qu’il grogne si vous voulez vous y mettre, là c’est un problème et il vaut mieux lui en refuser l’accès.
(cela dit, un chien qui grogne dans ce contexte, a plus un gros problème relationnelle avec les humains de sa famille qu’un problème de canapé!! C’est ailleurs qu’il va falloir chercher).

S’il saute dessus comme un dératé et qu’il ne fait pas attention à qui se trouve dessus, on a juste oublié de lui apprendre à faire doucement pour pouvoir y monter!
(mais là encore, le canapé n’est pas en cause)

Et si vous ne voulez pas, et bien évitez de l’inciter à monter et refusez lui directement l’accès. Vous pouvez aussi attendre qu’il ne soit plus chiot avant de lui autoriser, en lui donnant plus de marge en grandissant parce qu’il est plus calme et que ça évitera les débordements, par exemple!
Mais autrement, vous faites bien comme vous en avez envie! Si c’est une question d’hygiène, de poils à nettoyer, de choix personnels divers et variés, vous êtes seul décisionnaire de ce que vous souhaitez partager!

Pour certaines choses, la seule condition, c’est de s’y tenir. Si c’est ok pour vous, c’est oui, si non, alors ça sera non tout le temps. Tous les membres de la famille doivent également avoir le même discours.
A vous de vous concerter pour savoir ce que vous souhaitez, mais votre chien ne peut pas comprendre la subtilité d’un oui/peut-être/mais non pas aujourd’hui parce que j’ai pas envie. C’est juste une question de cohérence.

Les problèmes de comportement n’ont souvent rien à voir avec le lieu où ils ont droit de se coucher.

On est pas bien là?!
  • CROQUETTES OU PAS CROQUETTES

Si vous voulez lui donner autre chose que des croquettes à manger vous le pouvez!
mais ça dépend évidemment quand même de quoi!
Il va peut être falloir se renseigner un peu pour lui faire une assiette correcte avec des choses qui sont bonnes pour lui (ce qui est valable pour nous ne l’est pas forcément pour lui), mais il peut manger des aliments frais.
Les croquettes sont des aliments industriels préfabriqués, ne l’oublions pas! Ce n’est donc pas « le mieux » que l’on puisse donner à son chien, même si les industriels continuent de nous le marteler.

Vous pouvez vous renseigner sur des sites complets comme:

 

Et si c’est plus pratique pour vous les croquettes… et bien donnez-en!
Du moment que votre chien est nourrit le plus correctement que vous pouvez, ne vous flagellez pas de ne pas pouvoir faire + ou mieux que ce que vous tentez de faire déjà! Prenez du temps pour vous renseigner sur ce qui se fait de mieux/de moins pire et faites ce que vous pouvez.

Vous pouvez par exemple, lire l’article de Jeremy Anso du blog « Dur à avaler », auteur de « ce poison nommé croquettes: Croquettes sans céréale ou de grande marque : lesquelles choisir ?
Il y a bien d’autres matières dans lesquelles vous pouvez tenter de compenser pour lui offrir une belle vie de chien!
Un chien qui est nourri à la viande mais que ne sort pas de son jardin sera majoritairement plus malheureux que celui qui mange des croquettes, mais qui sort en promenade tous les jours avec son humain! 😉

Si c’est en dehors du repas, et bien à vous de voir à quel moment pour éviter de faire apparaître des comportements gênants (réclamations) et si ça ne le rend ni obèse, ni malade, mais ça, je vais partir du principe que ça semble évident!
Une biscotte au petit dej ou un petit petit bout de fromage pour faire plaisir, ça ne porte normalement pas à conséquence si c’est fait avec parcimonie! Il n’y a rien de « grave » là dedans! Arrêtons l’extrémisme de « jamais rien d’autre que des croquettes »… Quelle tristesse gustative!

  • EST CE QUE JE PEUX DIRE « NON »

Vous faites bien ce que vous voulez! Vous pourriez y mettre d’autres mots que oui ou non, bien/pas bien, vous pouvez vous le tenter en anglais, en espagnol, en hébreux pour mettre un peu d’originalité, mais vous avez le droit de lui parler!

Du moment que vous ne vous sentez pas obligé de hurler « NON » à vous en détacher les cordes vocales ou à le lui répéter tellement de fois que ça n’a plus de sens pour lui, vous ne faites que communiquer une information!
Mais dire non, ça ne veut pas dire taper! ça ne veut par dire journal, chaussons, martinet, menaces, secouer, pincer, punir!
C’est juste un mot! On est pas obligé de lui attribuer une intonation excessive.
Et si ça n’a pas de résonance chez l’autre, c’est qu’il y a quelque chose qui n’est pas clair dans l’information qui est transmise.

Il est vrai que la communication est ce qui pose le plus de problème dans les relations Homme-chien, parce que les humains (et je m’inclus dedans) n’apprennent pas à communiquer convenablement avec leurs propres semblables.. Donc nous ne savons pas plus communiquer avec nos chiens! Ce qui n’est pas forcément toujours évident au quotidien pour se comprendre.

Si je peux juste me permettre de vous donner un conseil qui marche (le prendront ceux qui le voudront): la valorisation aura pour effet d’obtenir la coopération de votre chien, alors que le déprécier, pas vraiment.
Il sera donc plus judicieux de focaliser sur toute situation/comportement qui vous plaît, que de ne focaliser que sur ce qui ne va pas!
Mais ça c’est loin d’être un conseil canin, c’est un conseil de développement personnel à appliquer dans de nombreux aspects de sa vie 🙂

 

  • EST CE QUE JE PEUX LUI FAIRE UN CÂLIN SI C’EST LUI QUI VIENT LE DEMANDER

    « On m’a dit que si je lui fais un câlin quand c’est lui qui le demande, il va penser qu’il est le chef et qu’il peut exiger des choses »…

    Euh… What? Mais qui est donc le frappé du bulbe qui à initié l’idée qu’offrir un câlin à quelqu’un est un signe de faiblesse ???
    Que ce soit un câlin à son chien, à son enfant, à son conjoint, à un ami, c’est à peu de chose près le même élan d’amour/d’amitié/d’échange qui est mis à contribution.
    Si on est disposé à le faire et qu’on en a envie, alors il n’y a aucune raison de s’en priver.
    En revanche, si nous ne sommes pas d’humeur, que nous sommes occupé ou bien que nous n’aimons pas cela, nous ne sommes en rien obligé.
    Mais passer son temps à renvoyer quelqu’un dans les cordes lorsqu’il demande de l’affection, c’est créer un sérieux déséquilibre émotionnel et une relation à sens unique on ne peut plus malsaine.
    Un chien est tout à fait capable de comprendre que si ce n’est pas maintenant, il faut attendre et que cela viendra plus tard.
    Il se peut qu’il insiste parce que c’est un besoin pour lui, mais si chacun apprend à respecter l’espace de l’autre, ce n’est sûrement pas une situation qui est amené à poser problème.

  • Si vous voulez le rassurer quand il a peur, lui laisser du temps pour aller à son rythme, ne pas le forcer à faire quelque chose qu’il ne souhaite pas faire, alors faites le!!! C’est tellement bienveillant comme attitude, et c’est tellement ce qui fait que votre animal ira mieux!
    Forcer les choses, vouloir aller plus vite que ce qui peut être fait, c’est lui faire violence à lui et vous faire violence à vous.
    Pour faire face à une situation difficile, il faut accompagner, guider et non forcer.

Et vous savez ce qu’il y a de formidable aussi?
Nous avons le droit de nous tromper et de changer d’avis!
Ce que nous faisions hier reste au passé, ce que nous faisons aujourd’hui est une expérience, et elle ne se reproduira peut être pas demain.
Pas de culpabilisation!
Avec nos chiens comme dans le reste de notre vie, nous faisons des erreurs, nous nous remettons en question, nous changeons de point de vue, bref, nous évoluons!

On se pose tous des questions, mais ça ne doit pas nous empêcher de vivre pour autant.


Vous avez aimé cet article? Abonnez-vous pour recevoir les prochains!

1 réflexion au sujet de “Vivre avec mon chien – Est ce que je peux… ?”

  1. Superbe article ! c’est tellement rassurant de lire tout ça. Bienvaillance, complicité, respect : des qualités qui sont encouragées pour rassurer les propriétaires. Bravo !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.